Légumes – Les prés SymBioz – Nord Isère

Je me présente : Stéphanie Liandrat, j’ai 40 ans et des rêves plein la tête. Après plusieurs années de réflexions, je me suis lancée dans une reconversion professionnelle abandonnant mon ancien métier d’ingénieur dans l’industrie pharmaceutique pour devenir (redevenir ?) paysanne !
Après une formation en traction animale dans le Jura et un Brevet de Responsable d’Exploitation Agricole avec orientation maraîchage, me voilà prête à me lancer !
L’entreprise est créée en février 2022 et c’est partie pour l’installation ! Pour l’instant, la ferme se construit petit à petit.

L’histoire des Prés SymBioz

C’est dans les années 1870 que ma famille s’est installée au lieu-dit « Le Naizet » à Pressins quand mon arrière-arrière-grand-père a acheté le corps de ferme sur le lieu où se trouve aujourd’hui Les Prés Symbioz. A cette occasion, il a planté un poirier qu’on peut encore voir dans la cour de la ferme !
Plusieurs générations pratiquant l’agriculture vivrière se sont succédées jusqu’à mon père et mon grand-père qui ont modernisé la ferme dans les années 1970 pour en faire un élevage laitier bovin. Après la retraite de mon père en 2012, une partie des terrains a été loués et les bâtiments sont restés inutilisés.
En 2022, après 6 ans de réflexion, de multiples lectures, des stages et des formations, je me lance dans cette belle aventure en faisant revivre le ferme pour une activité de production de légumes et de fourrage. Et ce n’est que le début…

Mes deux collègues

Mes 2 collègues sont des chevaux de race Trait Comtois ! Ils sont formés à l’attelage, au travail du sol et à la monte. Il m’aide à travailler avec des techniques respectueuses du sol et ils sont un élément central de la ferme !

Rox et Indja

Mes techniques

Les terrains ont été exploités en agriculture conventionnelle et il convient de les accompagner vers un système permacole à long terme où les arbres tiendront une place centrale pour aider à réduire les températures et à retenir l’eau. Un projet d’agroforesterie est en cours de montage et les arbres doivent être bientôt plantés !

Dans ce système, l’utilisation des chevaux prend tout son sens, car elle est très avantageuse en maraichage en comparaison de l’utilisation d’un tracteur. En effet, elle est très respectueuse de la vie du sol en ne tassant pas les zones de passages et en travaillant le sol avec plus de « douceur ».

Les chevaux ont donc une place centrale dans ce lieu, en aidant à l’entretien des prairies, au transport des matériaux, fruits et légumes ainsi qu’au travail du sol. De plus, la traction animale permet non seulement de réduire l’utilisation de carburants mais aussi d’être le plus résilient possible. La nourriture pour les chevaux sera produite à 100% sur la ferme et je peux utiliser leur fumier pour fertiliser les jardins maraîchers. Enfin, il est tellement sympa d’avoir pour collègues des chevaux !

Le cercle vertueux de ma ferme avec son environnement

Afin d’utiliser au maximum les ressources présentes, j’utilise le foin récolté sur mes prairies pour réaliser des paillages. Cela permet d’éviter la pousse des herbes autour des légumes. Cela limite aussi l’évaporation de l’eau ce qui permet de diminuer les arrosages. En plus, le foin offre un abri à la vie du sol et apporte de la matière organique en se dégradant. Cette technique fonctionne très bien pour la majorité des légumes. On n’a alors un système résilient qui fonctionne en cercle vertueux avec pour élément central les chevaux comme l’explique le schéma ci-dessus.
Entre autres, je m’intéresse particulièrement aux techniques de maraîchage sur sol vivant (MSV). Je poursuis mon apprentissage et mes expérimentations dans ces techniques. A suivre…

Mes produits

Ma production se compose de légumes diversifiés avec une trentaine de types de légumes au départ. Tous les légumes et les quelques fruits sont de saison, produits sans produit chimique et avec le maximum de respect pour l’environnement.
Cela va de la courgette à la salade en passant par le poireau et les tomates. Les variétés sont testées et sélectionnées en privilégiant d’abord le goût puis la résistance des plantes à la sécheresse et aux maladies.

Et demain ?

A plus long terme, j’espère pouvoir travailler sur ma ferme avec 2 ou 3 autres collègues paysans pour créer une ferme aux multiples activités. Je souhaiterais pouvoir planter de nombreux arbres pour travailler la zone de maraichage selon les méthodes de l’agroforesterie et de la permaculture, avoir un grand verger, des poules et des moutons sous les arbres, quelques ruches, et peut-être plus encore. Ces activités se dérouleront dans le respect des règles de l’agriculture biologique, car le respect de la biodiversité et la symbiose de ma ferme avec
son environnement sont des composantes essentielles.

Contact :
Les Prés SymBioz
Liandrat Stéphanie
06 74 42 65 65
lespressymbioz@gmail.com
125 impasse du Naizet
38480 Pressins